8 astuces pour acquérir du vocabulaire en anglais

Vous aussi vous êtes en train d’apprendre l’anglais et cherchez un ou plusieurs moyens d’acquérir du vocabulaire, de le mémoriser et de pouvoir le réutiliser? Voici 8 astuces qui vous aideront à enrichir votre vocabulaire en anglais.

Avant tout, parlons un peu de ce qui nous aide le plus au moment d’apprendre du vocabulaire: la mémoire. C’est grâce à elle que l’on va être capable d’enregistrer et stocker des informations dans notre cerveau, et son mécanisme est bien particulier. Malheureusement il ne suffira pas d’éplucher le dictionnaire pour acquérir du vocabulaire, notre mémoire est assez exigeante et a besoin d’être chouchoutée pour bien fonctionner. Pour pouvoir stocker une information dans notre mémoire, il faut un apprentissage volontaire, se bourrer le crâne ne vous fera pas progresser, au contraire.

La recette secrète d’une bonne mémoire est l’utilisation de plusieurs de nos sens. Les connexions qui se produisent dans le cerveau au moment de l’apprentissage d’une nouvelle information se font mieux en mettant en action plusieurs sens simultanément. Pour que le cerveau assimile une information et la garde en mémoire, il lui faut un souvenir précis, et si nous ne faisons appel qu’à notre mémoire visuelle (bien que certains en aient une excellente) on prend le risque de ne faire appel qu’à notre mémoire dite « à court terme ». C’est pourquoi il est toujours plus intéressant d’apprendre du vocabulaire en utilisant divers supports. Voyons voir lesquels!

1. Les supports audio et audiovisuel

Et oui, il n’y a pas de secret, pour apprendre une langue il ne faut pas seulement la lire, il faut aussi l’écouter. L’erreur que font beaucoup d’entre nous, est de ne pratiquer la langue que lorsqu’ils sont « en cours » et de ne plus y penser une fois le livre refermé. Mal! L’apprentissage d’une langue, s’il se veut efficace, doit être quotidien. De plus il est tellement facile de nos jours d’accéder à toute forme de contenu sur internet, pourquoi s’en priver?

Vous avez une série TV favorite, un film que vous avez adoré, un acteur ou une actrice dont vous êtes fan mais dont vous ne connaissez que le doublage en français? Et si vous les regardiez en version originale pour changer? Et d’ailleurs, temps qu’on y est, pourquoi ne pas commencer à regarder tous les films et séries anglophones en version originale sous-titrée? C’est la combinaison parfaite de 2 de nos principaux sens (vision et audition), et en plus c’est une façon assez ludique d’apprendre du vocabulaire.

En commençant mes études de langues il y a cinq ans, j’ai décidé d’arrêter de regarder les films, séries et autres documentaires en version française, et suis passée à la version originale. Au début c’était un peu compliqué, surtout que le sous-titrage n’est pas toujours très bon, mais au fur et à mesure j’ai commencé à m’habituer à la voix des acteurs et à leur façon de parler. Plus je les regardais et écoutais, moins je faisais attention au sous-titrage, et aujourd’hui je suis capable de regarder n’importe quel programme sans sous-titres (et ce, sans avoir jamais passé plus d’une semaine dans un pays anglophone). Evidemment, lorsque j’ai affaire à un film ou une série où les acteurs sont Ecossais par exemple, je met les sous-titres (en anglais), car certains accents sont très difficiles à comprendre lorsqu’on y est pas habitué. Je vous conseille vivement de commencer à faire la même chose, en un rien de temps vous apprendrez énormément et serez capable de comprendre jusqu’à la subtilité de l’humour anglophone, qui est bien différent du français. D’ailleurs le programme « The English we speak » de la BBC est génial pour ça puisqu’il consiste en plusieurs podcasts de 3 minutes maximum où on vous apprend une expression idiomatique en contexte. L’accent est bien british mais très facile à comprendre.

Il en va de même pour vos musiques favorites, celles que vous adorez fredonner et chanter en onomatopées. Connaissez-vous les paroles et leur signification? Voici deux sites où vous pourrez trouver les paroles que vous cherchez ainsi que leur traduction en français:
La coccinelle
Staragora

2. La lecture

Que ce soit un livre, une bande dessinée, un magazine ou juste un article de journal, lire reste l’une des activités les plus efficaces au moment d’apprendre une langue. Alors évidemment, il ne faudra pas commencer par lire un pavé de 500 pages, mais commencer doucement, par la lecture d’un journal anglophone connu par exemple, ou par la lecture d’une bande dessinée dont vous connaissez la version française.

Lorsque vous lisez, ne soyez pas à cheval sur la traduction de chaque mot, s’il y a bien une chose qui va compliquer votre lecture, c’est d’avoir le dictionnaire à côté de vous et de l’ouvrir toutes les 30 secondes. Généralement si vous lisez une phrase entière et que deux ou trois mots vous échappent, il vous sera quand même possible de comprendre le sens global de celle-ci. Si vous n’avez pas encore un très bon niveau, ne vous attaquez pas à un article dont le champ lexical est très pointu, commencez par des thèmes facilement compréhensibles. Il est même possible de commencer par lire des comtes enfantins, ce qui peut paraître ridicule au premier abord, mais qui va vous aider à comprendre le mécanisme et la construction des phrases en anglais.

Sur internet, beaucoup d’articles anglophones sont traduits en français. Ce n’est pas du mot pour mot bien entendu, donc rien ne sert de comparer les deux mots à mots; les traducteurs adaptent la traduction à la langue française et certaines expressions ou références en anglais n’ont pas de traduction directe.

Voici une listes de magazines et journaux anglophones:
The New York Times (USA)
The huffington post
The times
The guardian
The independant
Teatime Mag

3. Le dialogue

Evident aussi, n’est-ce pas? Lorsque vous apprenez de nouveaux mots, ne les gardez pas pour vous, utilisez-les! Quitte à parler tout seul si vous n’avez personne avec qui pratiquer l’anglais (personne ne le saura, ne vous inquiétez pas), il est important de pouvoir réutiliser les mots de vocabulaire appris. Vous pouvez par exemple vous fixer un objectif, aujourd’hui vous avez appris 3 nouveaux mots, l’objectif sera de les réutiliser demain dans un contexte différent. Bien sûr, l’idéal serait d’avoir quelqu’un à qui parler, un anglophone de préférence, qui puisse vous corriger ou vous aider à formuler une phrase et à placer le mot en question au bon endroit.

D’ailleurs, il existe bon nombre de moyens de rencontrer des personnes pour faire des échanges linguistiques, même si vous êtes dans un pays francophone et ne connaissez absolument aucun étranger sur place. Grâce aux réseaux sociaux, de nos jours il est possible de se mettre en contact avec des personnes qui, comme vous, veulent apprendre une langue. Si vous avez facebook, dans la barre de recherche inscrivez des mots clés tels que « échanges linguistiques » ou encore « language exchange » suivi du nom de votre ville. Vous pouvez aussi chercher directement la page d’une école de langue connue dans votre ville, généralement des étudiants y laissent des messages proposant d’aller prendre un café et de pratiquer votre anglais et eux leur français. Il existe aussi des sites d’échanges en ligne (gratuits ou payants), qui peuvent vous permettre de rencontrer des natifs et de discuter avec eux par skype.

4. Le voyage

Si vous avez le temps et les moyens de le faire, n’hésitez pas, même si vous pensez que votre niveau n’est pas suffisant ou que personne ne peut vous accompagner. D’ailleurs c’est encore mieux de voyager seul lorsqu’on a dans l’objectif d’améliorer son niveau de langue, comme ça on n’est pas tenté de parler français à longueur de journée et  « contraint » de faire un pas vers les autres. Le meilleur moyen est encore de réserver une chambre ou un lit dans une auberge de jeunesse (et pas besoin d’être jeune d’ailleurs!), lieux où vous êtes sûrs et certains de faire des rencontres de toutes sortes, et même si vous n’avez pas choisi une destination anglophone, dans ce type d’hébergement généralement les étrangers parlent anglais entre eux.

Pourquoi préférer une auberge à un hotel? Parce que dans un hotel vous ne serez en contact qu’avec le personnel et la télé de votre chambre, tandis que dans une auberge il y a beaucoup de passage et les pièces communes sont souvent organisées de telle manière que les voyageurs sont amenés à partager une conversation. Des activités sont organisées tous les jours, allant de la journée « visite de la ville » (souvent en anglais) au « repas international » en passant par la soirée « tournée des bars ».

Personellement je suis une adepte des auberges, j’y ai rencontré des gens de « passage » dans ma vie et aussi des personnes avec qui je suis toujours en contact aujourd’hui et que j’ai revu par la suite. Mais dernièrement j’ai beaucoup utilisé Airbnb, qui prend de plus en plus d’ampleur dans le domaine de l’hébergement de particulier à particulier. Pourquoi ? Parce que cela vous permet de rencontrer des natifs et des locaux, à la différence des auberges de jeunesse où vous rencontrez généralement des étrangers. En plus, les locaux qui ouvrent leurs portes aux étranger sont des gens « open-minded » (ouverts d’esprit), qui aiment le contact des étrangers et font tout pour rendre leur séjour le plus agréable possible. C’est au contact de natifs que vous apprendrez le plus de vocabulaire et en plus ils adoreront le fait que vous fassiez l’effort de parler leur langue.

Enfin, si vous avez envie de voyager mais n’en avez pas les moyens, pas de panique… il y a toujours un moyen! L’année dernière, lors d’un séjour en Argentine, j’ai rencontré une française qui voyageait depuis 1 mois. En faisant connaissance elle m’a dit qu’à part pour le billet d’avion, elle n’avait quasiment pas économisé d’argent pour partir et qu’elle n’avait quasiment rien dépensé depuis son arrivée. Etonnant n’est-ce pas? Et pourtant c’est bien vrai. En fait elle utilisait un site appelé Workaway (et il y en a bien d’autres) qui répertorie des offres de volontariat à l’étranger, contre logement gratuit chez l’habitant. Les missions sont diverses et variées: babysitting, ménage, jardinage, construction, réparation, animaux, etc. Mais il y a aussi des missions plus poussées, telles que l’assistance d’enfants en difficultés dans un centre social ou encore la réfection d’un batiment brulé. Et cela vous permet de vivre avec des locaux, comme si vous faisiez partie de la famille, quoi de mieux pour apprendre le vocabulaire de tous les jours?

5. Le vocabulaire courant

Comme dans chaque langue, en anglais certains mots sont utilisés plus fréquemment que d’autres, et si vous voulez pouvoir vous débrouiller rapidement, commencer par l’apprentissage de ces mots peut être une bonne idée.

Commençons par les 100 verbes les plus utilisés de la langue anglaise, liste qui peut s’avérer très utile étant donné que la grammaire anglaise est vraiment simple: à part pour les pronoms personnels « il » et « elle », l’orthographe du verbe à l’infinitif et au présent est identique. Fixez-vous un objectif de 10 verbes par semaine par exemple, et n’hésitez pas à jeter un oeil à leur conjugaison et à faire des exercices pour les mémoriser. Et pour ce qui est des verbes irréguliers, encore une fois pas de secret, il faut pratiquer un petit peu chaque jour et trouver un moyen pour les garder en mémoire. Certains les affichent devant leur bureau, dans leur chambre, dans les toilettes.. et d’autres en font quelque chose de plus ludique, à vous de choisir la méthode qui vous convient le mieux.

Passons ensuite aux 100 mots les plus utilisés de la langue anglaise, liste qui contient aussi bien des verbes que des noms, pronoms, articles, adverbes, etc. Alors bien sûr il ne s’agit pas d’apprendre la liste par coeur, mais plutôt de lire les mots, les prononcer à voix haute, les replacer dans une phrase, les repérer dans une conversation.

Et si tout va bien, après avoir assimiler ces 100 mots et verbes, vous devriez être capable de comprendre plus de la moitié du vocabulaire utilisé quotidiennement par les anglophones.

6. Les jeux

A vous aussi il vous est certainement déjà arrivé de passer des heures dans le train ou dans l’avion et de vous occuper en faisant des mots croisés, fléchés ou autres, avez-vous déjà pensé à les faire en anglais pour changer? Il est possible d’en trouver sur internet ou si vous avez un smartphone de télécharger une application. Cela vous fera passer le temps et en plus vous apprendrez de nouveaux mots. Ne vous inquiétez pas si vous ne les connaissez pas tous, certains sont assez compliqués. Mais votre cerveau va commencer à s’habituer et lorsque vous recroiserez ces mots, il s’en souviendra et votre curiosité vous poussera à chercher leur signification.

7. Le changement de langue

Une récente étude a montré que nous passons en moyenne 7 heures par jour sur nos smartphones, tablettes et ordinateurs. Pas vraiment étonnant étant donné que nous sommes à l’heure du numérique et que nous sommes de plus en plus connectés. Au travail, chez soi, au restaurant, en vacances… partout où nous allons, nos appareils mobiles nous suivent. Comment tirer profit de ce phénomène pour apprendre du vocabulaire?

 

C’est tout simple, il suffit de changer la langue de vos divers appareils, et de la mettre en anglais. Si vous utilisez ces appareils depuis longtemps vous savez ce à quoi correspond chaque icône et connaissez certainement les menus par coeur, vous ne serez donc pas perdu si vous passez à l’anglais. C’est un moyen d’être en contact permanent avec la langue, et vous pouvez même aller jusqu’à changer la langue de votre compte Facebook, Twitter ou autre réseau social.

8. Le quotidien

Enfin, si vous n’avez pas eu l’occasion d’aller passer un long séjour à l’étranger ou ne pouvez pas à cause des obligations qui vous retiennent chez vous, pas de panique! Comme je vous l’ai dit plus haut, on peut devenir bilingue anglais sans avoir à vivre dans un pays anglophone, il suffit juste de faire preuve de motivation et d’envie. Prenons un exemple là, tout de suite, maintenant, connaissez-vous le nom en anglais des meubles et objets qui se trouvent autour de vous? Non? Attrapez donc votre dictionnaire!

Lorsque vous êtes en train de cuisiner, que vous vous apprêtez à vous doucher ou que vous faites le ménage, n’hésitez pas à regarder ce qui vous entoure et repérez les objets dont vous ne connaissez pas la traduction en anglais. Et quand vous répeterez ces différentes tâches, commencez à nommer tout ce qui se trouve autour de vous, et vous pouvez même pousser plus loin en apprenant des verbes d’action tels que cuisiner, laver, conduire, ranger… Variez les environnements et situations et vous verrez qu’en un rien de temps vous aurez accumulé plus de vocabulaire qu’en l’étudiant à partir d’un livre.

Voilà pour les diverses astuces pour l’apprentissage de vocabulaire en anglais. Comme vous aurez pu le remarquer, améliorer son niveau de langue est un travail quotidien mais qui peut s’avérer bien plus plaisant que ce que l’on pourrait s’imaginer. Avec un peu de bonne volonté et en modifiant quelques unes de vos habitudes, vous pourrez déjà constater une amélioration en très peu de temps.